Quel est l’avenir des machines à sous téléchargeables?

Chaque année, les créateurs de machines à sous utilisent l’Exposition Internationale des Jeux (G2E-Global Gaming Expo) comme une occasion pour promouvoir les jeux basés sur des serveurs (les machines à sous téléchargeables). On augure leur rôle dans l’avenir de l’industrie des jeux et les bénéfices qu’ils générent également aux casinos et aux joueurs. Les intentions sont bel et bien louables, mais le problème est qu’on n’entend plus de cette révolution des jeux basés sur des serveurs qu’à la prochaine édition G2E!

Eh bien, cette fois-ci, on verra aussi quelques résultats. Dans trois semaines, MGM Mirage ouvrira à CityCenter son « Aria Resorts », qui aura un bon nombre de machines à sous basées sur des serveurs. Jusqu’ici, la plupart des applications ont été en phase de « beta test », impliquant seulement quelques appareils.

Les managers des casinos commencent à prendre acte de la nouvelle technologie, d’autant plus qu’ils essaient de faire revenir les anciens clients et de réduire les coûts grâce à un fonctionnement plus rationalisé.

« Les casinotiers sont à la recherche de nouvelles stratégies de coûts et de méthodes efficaces pour faire face à la concurrence accrue et aux difficultés du climat économique actuel », a déclaré un représentant de l’industrie de Las Vegas. « En particulier, on veut connaître les solutions technologiques pratiques qui peuvent être facilement mises en oeuvre pour obtenir des résultats immédiats ».

La technologie « server-based » va éliminer les machines à sous consacrées. A partir d’un catalogue de centaines de jeux, le système permet au joueur de télécharger le jeu qu’il veut installer sur sa machine à sous. Cette opération s’effectue sur un écran numérique 3D, qui répond aussi à d’autres commandes (le suivi des gains ou des points de fidélité du joueur etc.).

« Les jeux basés sur serveur seront un grand sujet de discussion », a déclaré Avron Goss, directeur de BetStone, une société irlandaise qui en fournit des solutions depuis plus de cinq ans. « Puisqu’il s’agit d’une technologie éprouvée, les casinotiers pourront y voir une chose qu’ils peuvent mettre en oeuvre et gérer eux-mêmes afin de faire hausser la demande et d’obtenir des bénéfices tangibles ».

Ces bénéfices restent pour le moment probables. Les spécialistes apprécient que l’actuel état de l’économie pourrait empêcher les casinos de revigorer leurs salles de machines à sous; en effet, plusieurs casinos ont reporté leur décision d’acheter de nouvelles machines à cause de la récession.

La concurrence dans ce secteur de l’industrie change de face. IGT, le plus grand fabricant de machines de jeu est en train de perdre sa position dominante sur le marché. D’autres compagnies comme Bally technologies et WMS Gaming ont elles aussi développé des systèmes sophistiqués et il sera intéressant de voir comment elles présentent leurs produits dans ce qui est un environnement concurrentiel pour la première fois.

Le Grand Chelem des Machines à Sous a offert son jackpot

Le Grand Chelem des Machines à Sous (Grand Slam of Slots) a finalement accordé son jackpot de 1 million d’euros. Le grand prix a été remporté le 2 novembre, à 8 heures p.m. « Pattoned » a concurrencé avec plus de 1,500 joueurs de Fortune Lounge, pour arriver à rafler le jackpot souhaité par tous les autres.

L’impressionnante cagnotte de 4 millions d’euros a été partagée par 482 joueurs. Le tournoi a offert aussi des prix supplémentaires d’une valeur de 315,000$ et trois voitures d’une valeur de 33,000 euros chacune.

La folie des machines à sous a commencé au mois de juillet, lorsqu’un bon nombre de joueurs ont obtenu des entrées à la Grande Finale du tournoi, par l’intermédiaire des freerolls, des invitations et des tirages. La Grande Finale a débuté le 22 octobre 2009.

Tous les joueurs ayant participé à cette finale ont joué à la machine à sous Tomb Raider et chacun d’eux a reçu 9,000 crédits, pour une heure de jeu. Le tournoi a proposé des re-buys illimités et trois add-on.

John Hughes, un représentant du groupe Fortune Lounge a opiné que le succès du tournoi avait été sans égal. Prendre part à un si prestigieux événement est une immense honneur, pense M. Hughes, en appréciant l’énorme montant d’argent mis en jeu.